Ma pratique artistique évoque la relation que nous entretenons avec le monde physique. Je m’intéresse à l’écart existant entre un paysage –cadrage imagé de notre environnement naturel– et le fait de vivre consciemment dans et avec la nature. Par des gestes à la fois simples et porteurs de significations, j’explore la conception qui nous est propre du temps en m’inspirant des rythmes naturels et intérieurs. Je crée une esthétique du détail en lien avec notre condition humaine et à contre-courant de la cadence occidentale. C’est une ode à l’activité manuelle que notre société contemporaine tente de rendre invisible par les différents systèmes d’exploitation. 

Mes représentations sont à la lisière de la figuration et de l’abstraction, entravant notre jugement lié aux apparences. Pour parer à la vision décorative habituellement attribuée au paysage, je propose des objets d’art sensitifs cherchant à rétablir le lien sensible au vivant. Je détourne par exemple les codes de la décoration d’intérieur en me les appropriant de manière intime : motif, bas-reliefs en plâtre, frise, lé de tapisserie, peinture murale etc. Je convoque également le sens du toucher chez les visiteurs en les invitant à entrer en contact direct avec les œuvres par des projets tactiles *. 

Je cherche à retransmettre une fréquence vibratoire pour appréhender l’aura d’une œuvre d’art en partageant des émotions sensibles ou spirituelles. L’accumulation du détail et les nuances de couleurs transmettent l’évanescence de ces émotions, essentielles à nos prises de décision. Souhaitant que la sensibilité agisse en tant que connaissance autonome, j’entremêle quatre dimensions, dont le corps, l’émotion, l’esprit et l’intellect, pour concevoir des objets d’art proche de la nature humaine. Via l’investigation artistique, je suis en quête de sens afin de comprendre non pas le pourquoi des choses, mais le comment de celles-ci.

 

 

* Les incertitudes, 2018 / Tendresse, 2018-2023 / À vif, 2022-2024.